Enterrez-moi debout : L'Odyssée des Tziganes par Isabel Fonseca

Enterrez-moi debout : L'Odyssée des Tziganes

Titre de livre: Enterrez-moi debout : L'Odyssée des Tziganes

Éditeur: Albin Michel

ISBN: 2226136223

Auteur: Isabel Fonseca


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Isabel Fonseca avec Enterrez-moi debout : L'Odyssée des Tziganes

Ils dérangent et inquiètent. On les suspecte. Les gens du voyage traînent derrière leurs convois une réputation qui leur vaut de n’être bien accueillis nulle part. En souffrent-ils ? Leur ambition n’est pas de se mêler aux "gadje", aux non-gitans. La culture tzigane est fière et farouchement fermée sur elle-même. La vraie menace, pour elle, vient du généreux projet de les sédentariser dans le but de les intégrer, de les protéger, de leur donner des conditions de vie décentes aussi bien du point de vue de l’hygiène que de l’éducation des enfants. Cette politique de la "Grande Halte", entreprise à partir des années 1950 aussi bien à l’ouest que dans les anciennes Républiques socialistes, eut comme effet désastreux de déposséder les gitans de leurs traditions artisanales ambulantes, de les priver de revenus honnêtes et de les pousser au parasitisme. Isabel Fonseca, qui a vécu avec les tziganes d’Europe centrale pendant plusieurs années, nous rapporte de sa plongée au cœur de la société gypsy, un riche témoignage ethnologique en même temps qu’une étude historique. Sans être, de son propre aveu, parvenue toujours à percer les secrets d’un univers complexe et ésotérique, elle nous apprend toutefois beaucoup sur ces hommes et ces femmes que nous devons d’autant plus connaître que nous voulons les ignorer. Elle rend aux bohémiens et aux romanichels la dignité d’un peuple civilisé dont la poésie chante la nostalgie de l’errance d’hier et la hantise de la terre promise.

Quelques ouvrages de référence sur la question tzigane : Kenrick, Puxon : Destins gitans ; Carrière, Brabo : Tziganes : la trace du nomade. --Emilio Balturi

Livres connexes

Ils dérangent et inquiètent. On les suspecte. Les gens du voyage traînent derrière leurs convois une réputation qui leur vaut de n’être bien accueillis nulle part. En souffrent-ils ? Leur ambition n’est pas de se mêler aux "gadje", aux non-gitans. La culture tzigane est fière et farouchement fermée sur elle-même. La vraie menace, pour elle, vient du généreux projet de les sédentariser dans le but de les intégrer, de les protéger, de leur donner des conditions de vie décentes aussi bien du point de vue de l’hygiène que de l’éducation des enfants. Cette politique de la "Grande Halte", entreprise à partir des années 1950 aussi bien à l’ouest que dans les anciennes Républiques socialistes, eut comme effet désastreux de déposséder les gitans de leurs traditions artisanales ambulantes, de les priver de revenus honnêtes et de les pousser au parasitisme. Isabel Fonseca, qui a vécu avec les tziganes d’Europe centrale pendant plusieurs années, nous rapporte de sa plongée au cœur de la société gypsy, un riche témoignage ethnologique en même temps qu’une étude historique. Sans être, de son propre aveu, parvenue toujours à percer les secrets d’un univers complexe et ésotérique, elle nous apprend toutefois beaucoup sur ces hommes et ces femmes que nous devons d’autant plus connaître que nous voulons les ignorer. Elle rend aux bohémiens et aux romanichels la dignité d’un peuple civilisé dont la poésie chante la nostalgie de l’errance d’hier et la hantise de la terre promise.

Quelques ouvrages de référence sur la question tzigane : Kenrick, Puxon : Destins gitans ; Carrière, Brabo : Tziganes : la trace du nomade. --Emilio BalturiIls dérangent et inquiètent. On les suspecte. Les gens du voyage traînent derrière leurs convois une réputation qui leur vaut de n’être bien accueillis nulle part. En souffrent-ils ? Leur ambition n’est pas de se mêler aux "gadje", aux non-gitans. La culture tzigane est fière et farouchement fermée sur elle-même. La vraie menace, pour elle, vient du généreux projet de les sédentariser dans le but de les intégrer, de les protéger, de leur donner des conditions de vie décentes aussi bien du point de vue de l’hygiène que de l’éducation des enfants. Cette politique de la "Grande Halte", entreprise à partir des années 1950 aussi bien à l’ouest que dans les anciennes Républiques socialistes, eut comme effet désastreux de déposséder les gitans de leurs traditions artisanales ambulantes, de les priver de revenus honnêtes et de les pousser au parasitisme. Isabel Fonseca, qui a vécu avec les tziganes d’Europe centrale pendant plusieurs années, nous rapporte de sa plongée au cœur de la société gypsy, un riche témoignage ethnologique en même temps qu’une étude historique. Sans être, de son propre aveu, parvenue toujours à percer les secrets d’un univers complexe et ésotérique, elle nous apprend toutefois beaucoup sur ces hommes et ces femmes que nous devons d’autant plus connaître que nous voulons les ignorer. Elle rend aux bohémiens et aux romanichels la dignité d’un peuple civilisé dont la poésie chante la nostalgie de l’errance d’hier et la hantise de la terre promise.

Quelques ouvrages de référence sur la question tzigane : Kenrick, Puxon : Destins gitans ; Carrière, Brabo : Tziganes : la trace du nomade. --Emilio Balturi